Sparkle(s)

On ouvre le bal de cette nouvelle sélection avec BronSon – inconnu au bataillon, qui sait manifestement bien se servir de samples de saxophones et qui ne saura faire mentir votre penchant naturel pour la danse en milieu clos. C’est solide, c’est élégant, j’en veux d’autres.

Blende qui lorgne sévèrement sur les synthétiseurs de Defender (le titre ci-dessous est à comparer à Bliss pour s’en convaincre) mais qui y met évidemment son talent et sa touche pour un titre débordant de qualitay. Je ne peux pas dire mieux.

Il y a des titres qu’on peut écouter en diagonale pour se faire une idée. Pour ce titre de Seekae, c’est parfaitement inutile, la puissance du morceau résidant dans sa progression… Mais là encore une fois, je ne peux que vous montrer le chemin.

On ne présente plus Mr Flash, un mec ultra solide et avec une constance très très respectable. En ne cédant pas aux effets de modes, il sait clairement s’imposer avec sa patte beats-hip-hop-synthés-inavouables-80’s-samples-géniaux. Avec son Supachick de 2005,  je vous mets au défi de résister au headbang. Même discret.

Mélanger le sampling old-school, la ligne de basse homemade (entendez par là, avec une VRAIE basse), et proposer un rendu à la fois « très actuel mais qui a un petit goût d’un morceau qui aurait pu sortir en 2001 » n’est pas foooorcément à la portée du premier venu.  Allen Walker le fait avec talent – ne passez pas à côté de ses sons, notamment son bon edit/rewrite de Horizon – morceau dont j’ai parlé 2500 fois déjà ici.