Prydz vs Pryda


L’auteur de Pjanoo a deux visages. D’un côté l’artiste assumant des productions commerciales : Eric Prydz. De l’autre un artiste travaillant de manière plus approfondie, pour alimenter une scène plus underground et (donc ?) plus qualitative, j’ai nommé Pryda.

Vous aurez remarqué le jeu sur l’orthographe de ces deux noms de scène, l’un préférant le A alors que l’autre choisit le Z.
L’artiste a ainsi réuni les 2 lettres autour de la même table -de mixage- (NDLR: j’ai bien conscience du ridicule de ce jeu de mot) lors d’un Live au Creamfields Festival. Le résultat est légitimement soutenu par le public. A vous de juger si les productions commerciales sont trop nombreuses :

Eric Prydz – Essential Mix, Live @ Creamfields, UK, 27-8-2011 by Eric Prydz Official

5 pensées sur “Prydz vs Pryda”

  1. Le problème avec prydz c’est qu’on lui a collé une étiquette de mainstream en 2004 avec la sortie de Call On Me. Il a réussi à s’en détacher je pense au moment de la sortie de Pjanoo (qui d’ailleurs était sortie auparavant en Pryda).
    Si on regarde sa disco sous son nom, on trouve d’ailleurs pas grand chose.
    http://www.discogs.com/artist/Eric+Prydz

    Je le suis assidument depuis 2006 ou j’écoutais encore de la house (et notamment les suédois, qui aujourd’hui ne font plus rien de bon, selon moi), ça doit être le dernier producteur house/prog qui me plait encore.

  2. Hey Rain, merci pour ce très bon commentaire !

    Habituellement les deux rédacteurs nous ne jetons pas la pierre à un artiste. Surtout quand on se limite à leur travail artistique.
    Mais je ne peux pas m’empêcher de rebondir sur très propos au sujet de la scène scandinave. J’ai été consterné par Sebastian Ingrosso quand j’ai vu cette vidéo [http://youtu.be/vLbGrfnRGK4] de Swedish House Mafia ( j’ai envie de lui dire « tais-toi » à chaque fois qu’il parle ). On voit la machine commerciale qui semble désintéressé de toute forme artistique, il fabrique juste de la substance pour les masses

    Rq: Future Music In the Studio propose de très bonnes vidéos qui mérite le détour.

  3. Je pense que Prydz/Pryda a vraiment sorti des joyaux dans sa carrière. Pjanoo n’est qu’un aperçu de son talent. Que dire de Emos (malgré son intro inutile), Melo, et son ultime combo en 2007 avec la sortie de Muranyi, Madderferrys, et Armed. Il ne faut pas oublier non plus ses productions sous Cirez D… De tout les producteurs ‘mainstream’ Scandinaves, c’est vraiment celui qui reste le plus fidèle a ses valeurs musicales, et je suis vraiment impatient de voir son live. J’ai vu Prydz a Godskitchen a Birmingham, et c’etait bien plus tech/house, bien moin commercial que celui de Creamfields. C’est aussi ca la marque d’un DJ, pouvoir se mettre au diapazon de son public.
    En ce qui me concerne, la Swedish House Mafia (ainsi que les projects solo de ses membres) est morte en 2008, et je suis content de pouvoir dire que Prydz n’en fait pas parti.

  4. C’est dommage pour la SHM, parce qu’avant 2008 ils ont quand même fait de bonnes choses. C’est depuis qu’ils font plus de choses ensemble et sous le nom de SHM que ça a changé j’ai l’impression… Axwell a quand même fait un paquet de bons remix et est un très bon DJ, les deux autres ont aussi fait des perles ensemble (49 Percent…) mais avec d’autres productions très inégales…

  5. Axwell en solo est un des meilleurs remixeurs du millieu pour moi. Il a toujours su allier la mainstream avec de la production de qualité. Mais comme tu dis, c’est quand ils se sont mis ensembles que c’est devenu moins bon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *