Justice – Stress

… ou comment retourner sa veste (en cuir, svp).

Alors qu’hier, sur Fubiz, je criais quasiment au foutage de gueule et l’esthétisme à chier du clip, je me sens aujourd’hui obligé de me dédire. Et de me contredire même. Y’a que les cons qui ne changent pas d’avis.

Le premier choc passé, à se demander si le clip ne s’apparente pas vaguement au snuff et toutes les questions qu’un être censé peut se poser en le regardant, j’avoue : je déteste. Je le trouve violent, inutile et dans un trip « sensas pour le sensas ». Le buzz qui buzz quoi. Le serpent se mord la queue.

Avec le recul, et une quinzaine de visionnages (preuve que le clip me déroute un peu…), j’apprends à apprécier la manière dont la violence est mise en scène. Les jeunes sont là pour faire le spectacle. Les deux mecs qui les accompagnent dans un esprit « c’est arrivé près de chez vous » sont avides de tout ça. Au même titre que les journalistes qui se glissent dans les cités pour filmer les bagnoles qui crament, ils n’attendent que ça : de la casse, du sang, des larmes et du feu. Le gros bordel quoi.

Nous, contre tout le monde, c’est un peu l’esprit. C’est « le ghetto contre le reste » comme me le disait mon ami Thomas. Mais toujours à la manière des journalistes. C’est à dire décuplé, amplifié. ça vole des sacs à main, ça tabasse du flic, ça vole des bagnoles, ça en fait cramer bref : l’imagerie d’Épinal-mode-caillera-ultra-violente.

Au final, le message du clip, à mon sens se résumerait à ça : De qui vient le vice ? De ceux qui le commettent ou de ceux qui le mettent en scène ?

Donc au final, l’esthétique du clip est au service du message. Et la musique sert bien le clip, bien que pour le coup, je me pose de sérieuses questions sur l’orientation de Justice en terme d’image.

Coup de poing dans la gueule et puis s’en va, assurément le clip de 2008, à mon goût. En même temps, Gavras avait déjà tapé fort avec Signatune. On l’attend au tournant.

Crédit : Justice – Stress | Directed by Romain Gavras

15 pensées sur “Justice – Stress”

  1. Je suis d’accord sur le fait que le buzz va marcher, la preuve on arrête pas d’en parler.

    Concernant le message qui est passé c’est assez difficile de juger, c’est un sujet pas tabou mais qui peut vite s’enflammer.
    Si tu dis que c’est représentatif tu as le droit à un lever de bouclier de tous les habitants de cités qui vont crier à la discrimination, à la généralisation alors que si tu dis que c’est une minorité on va te dire qu’il faut arrêter d’être Candide parce que c’est la réalité pour des mecs qui n’ont rien de mieux à faire de leur journée que de cramer des bagnoles ou de piquer un sac.

    Difficile dans les deux cas de se positionner, Romain Gavras sous caution de Justice a réussi à nous plonger dans un univers oppressant pendant 7 minutes, on en vient à se dire que c’est assez réaliste même si je te rejoins au final sur l’interrogation qui se pose sur le fait que les journalistes ont toujours tendance à en rajouter.

    La question est donc une telle vidéo est-elle réellement représentative ou non ? Pas sûr qu’on finisse par avoir une réponse en tous cas ce clip fait pavé dans la marre !

  2. merci pour cet intégrité…. la soirée fu fort een rebondissement et j’entrevoie un homme qui tient haut ses parole :)
    allez balance du mail maintenant. et envoie nous une photo comparative new order lifelike en prochain post diese05..

  3. Le probleme de ce clip c’est qu’il politise la musique de Justice.
    C’est le point qui me dérange. Je ne vois pas ce que ca apporte réellement.
    Ce clip rappelle carrément La Haine, il est interessant sous un certain angle et totalement ininteressant sous un autre.
    La réal est très bonne. Mais je trouve dommage de l’associer au groupe Justice. Ca fait buzzer mais c’est également à double tranchant.
    A coté de leurs clips completement graphiques (Dance, DVNO …) celui fait tache je trouve.
    En plus la Justice dans ce clip je l’ai pas encore trouvée …

  4. Belle analyse. Je n’en dirai pas plus long car j’ai eu la même réflexion : d’abord le dégoût puis à force de le regarder les questions viennent (qui est le plus pervers? les jeunes? les journalistes?….) Il est vraiment bien fait.

    Et puis au moins tout le monde en parle donc tout le monde parle de justice.
    Seul question qui me reste, est ce que ce clip ne va pas tâcher un peu l’image du groupe (bah ouais il y en a qui ne verront pas les choses comme nous venons de les voir. Ils se contenteront de voir de la violence sans aller plus loin)

  5. Faut avouer que le clip laisse un goût amer au premier visionnage. CHOC visuel, changement d’image radical, dénonciation d’un problème lié à une culuture externe à celle de l’électro, incomprehension des fans, méga-buzz, et surtout prise de risque énorme …

    Ce n’est que mon avis mais je pense que JUSTICE a voulu marquer les esprits, la chanson s’appel « stress » ils ont voulut, (Justice & Romain Gavras) montrer le stress au quotidien de certaines personnes, celui des victimes et pas les agresseurs, dénoncer un état de fait, la violence existe ce n’est pas qu’un argument de propagande politique, et surtout jouer sur une symbolique par rapport à leur nom, et ce qu’il représente.

    A mon avis ce clip n’a pas fini de faire parler de lui!

  6. J’avais pas su apprécié « c’est arrivé près de chez vous » à l’époque déjà donc là c’est pareil… Je dis pas que c’est mauvais c’est juste que j’aime pas trop. Actuellement plongé en plein GTA4 pourtant je me dis que c’est pas la violence gratuite qui gène dans ce clip… c’est un je ne sais quoi qui fait que le message n’est pas assez clairement explicite (la preuve vu le nombre de réactions diverses et variée)… Quand on entend un hennissement on pense cheval et pas forcement zèbre… et souvent on a bien raison! a-ton besoin de voir un clip 15 fois pour en comprendre le sens ou doit-on se fié à nos première impressions?

  7. Mmmmmh. Si le hennissement t’intrigue, tu cherches à savoir quelle bête l’a vraiment produit.

    Une oeuvre qui dérange a un goût de « reviens-y ». Je ne suis pas du tout d’accord, pour le coup, sur cette façon de voir les choses, qui limite complètement l’analyse à un point de vue à chaud.

    Certains artistes ont été proclamés génies bien après leur mort. Si tout le monde s’était arrêté à sa première opinion, combien d’œuvres en plus de celles que nous ne connaissons pas seraient cachées ?

  8. Tout comme Julien Dubois je déplore que les gens s’arrêtent trop souvent à leurs première opinion. MAIS c’est un fait qu’il faut prendre en compte.

    Les bobos bien cultivés trouveront certainement un montage intello ouvrant une lecture multilignes du clip et y coller une riche guirlande artistique qui legitimera la démarche de Gavras.

    HELAS >> du point de vue de Mme Michu, son mari et de leurs ados il n’y aura rien que la dite « première lecture »…

    Et voici sa réponse en vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=Zav6IxEDvm4

    ps :Cher monsieur Gavras être un « artiste » c’est bien, être un artiste responsable c’est mieux. Le 7éme art est une arme, demandez à Leni Riefenstahl.

  9. on en revient donc a ce que je disais… y’a pas forcement un fond, c’est juste pour faire du bruit. Après la vingtaine de commentaire rien qu’ici, on peut dire que ça marche.

    Je ne suis pas l’ado de monsieurs et madame michu, mais desfois il faut reconnaitre que ça sert a rien d’aller chercher loin ce qu’on juste sous le nez, surtout quand ça sent pas le frais ;)

  10. Face à la polémique suscitée par le clip. Le duo du groupe Justice vient de publier le communiqué suivant.

    ”La vidéo de “STRESS” est née d’une idée : offrir un clip indiffusable en télé à un titre indiffusable en radio.

    Sans la contrainte de réaliser un clip diffusable, nous avons pris toutes les libertés avec ce support. Pas pour choquer gratuitement : juste pour ouvrir le débat, susciter des questions, comme le font régulièrement le cinéma, la littérature ou l’art contemporain.

    Avec cette liberté viennent des risques : être mal interprétés, voire instrumentalisés.

    Nous ne l’avons à l’origine confié qu’à un seul site web, certains que ce clip trop long, trop violent et aussi peu consensuel ne pouvait exister qu’en dehors des schémas habituels.
    Nous étions conscients que le clip était sujet à controverse. Nous n’imaginions pas un instant que le débat irait si loin, que nous nous retrouverions à devoir nous justifier sur des sujets aussi graves.

    Mais la récupération massive de ce clip, en quelques heures seulement, nous a rappelé à quel point il est difficile aujourd’hui de contrôler la destination des images et l’intégrité de leur propos.
    Nous n’avons ni l’intention ni la légitimité de parler en profondeur des problèmes de société.
    Ce film n’a jamais été envisagé comme une stigmatisation de la banlieue, comme une incitation à la violence ou, surtout, comme un moyen larvé de véhiculer un message raciste.

    Cette vidéo n’a jamais été censurée. Nous avions pris dès le départ la décision de refuser systématiquement toute diffusion télévisuelle afin de ne l’imposer à personne.
    Nous avons donc toujours laissé au spectateur le choix de la voir ou de l’ignorer sans jamais tenter d’orienter sa pensée, conformément à l’idée que nous nous faisons de l’art et du divertissement.

    Gaspard & Xavier, JUSTICE “

    via Fubiz.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *